Dans ce jardin ouvert et circulaire, des arbres centenaires, font la ronde entre ciel et terre. 
Dans l’écho du silence, ils s’inclinent en révérence.
Ils nous invitent à rentrer dans le cercle et prendre part à la danse. 
Plus seulement spectateur, nous devenons acteur, de cet hommage à celui qui n’est plus là. 
Le seul que l’on ne voit pas, mais autour duquel tous convergent. 
Cet invisible que l’on ne nomme pas, mais qui unifie les plus grands aux plus petits. 
Ce mystère qui, toujours là, nous surprend, nous interpelle, nous émerveille et nous rappelle la Beauté du Tout Petit.
Tous créateur du monde, tissons ces liens invisibles qui nous relient et redonnent vie à la Vie.